Les étapes

Un dessin du bijou est ébauché, avec ses caractéristiques complètes. Ci-contre l’exemple d’une bague. Les maquettes peuvent être réalisées en cire ou directement en métal suivant les pratiques et les préférences des bijoutiers, nous utilisons une machine de prototypage rapide pour les créations les plus complexes; ses avantages sont l’extrême précision du rendu obtenu et un coût de fabrication très bas.

Dans le cas d’une production en série, le prototype en métal est moulé dans une couche de silicone. Nous enveloppons le bijou dans une patte malléable qui sera placée dans un vulcanisateur. Ce dernier va chauffer et compresser le silicone dans une armature métallique afin d’obtenir des moules de dimension similaires. Le moule ainsi obtenu permet de dupliquer le prototype à l’aide d’un injecteur de cire.

Les cires sont assemblées minutieusement sur une tige afin de former l’arbre de cire.

L’ensemble est alors placé dans un four à haute température (environ 750°C) pour permettre l’élimination de la cire (fondue puis brûlée) et de se rapprocher de la température de coulée de l’alliage. A cette étape, on obtient une empreinte négative en plâtre de l’ensemble des bijoux.

On détermine la quantité d’or et d’autres métaux qui composeront l’alliage pour réaliser le bijou. Conformément à la législation Française, nous utilisons un alliage 18 carats qui contient 75% d’or. L’or pur étant de 24 carats, cela signifie que sur 24g d’alliage vous aurez 18g d’or pur. Le mélange avec d’autres métaux sera déterminant sur la couleur de l’or qu’il soit jaune, blanc ou rose. A titre d’exemple, l’or jaune est constitué de 75% d’or pur, de 12,5% d’argent et de 12,5% de cuivre, afin d’obtenir le meilleur compromis couleur/propriété mécanique.

Le métal est chauffé pour se retrouver à l’état liquide. Le moule en plâtre est placé dans une machine qui va envoyer sous pression le métal en fusion afin de reprendre la place de la cire.

Après un brutal choc thermique l’arbre de fonte est nettoyé sous un jet à haute pression afin d’éliminer les restes de plâtre.

Nous sommes maintenant en possession de fontes brutes, ces dernières doivent être nettoyées, émerisées, préparées et retouchées afin de devenir de magnifique bijoux. Une fois la cire rattrapée il faut maintenant sertir les pierres ou assembler les différents éléments d’un bijou (un corps de bague avec un chaton, réunir et souder les mailles d’un bracelets...

Certainement l’opération la plus délicate, elle consiste à fixer les pierres sur le bijou, cette étape est effectuée à l’aide d’une loupe binoculaire afin de réaliser un travail d’extrême précision, la moindre erreur peut être fatidique: une pierre cassée ou une monture abîmée entraîne un retour à la case départ...

Le bijou est bientôt prêt, il ne reste qu’à lui donner sont aspect brillant en le polissant sur un tour équipé de disque en coton, la touche finale est excecutée à la main.

Nos Références